Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 17:28
 

Aujourd'hui , 9 novembre 2009 alors que nous fêtons le vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin, je souhaite partager ceci :

 

En juillet 1966 j'ai participé à un chantier de travail pendant 3 semaines en RDA avec LVJ ( Loisirs et vacances de la Jeunesse) , une agence chapeautée par le PCF. Plus précisemment à Torgau sur l'Elbe en Saxe. Cette petite ville s'est rendue célèbre le 25 avril 1945 lorsque Russes et Américains ont fait leur jonction . Une photo a immortalisé la poignée de main échangée entre un soldat de l'armée Rouge et un GI au dessus de la cassure du pont endommagé par les bombardements. Une garnison soviétique y stationnait. Moyennant 250 francs, le prix du voyage, nous étions tenus d'éffectuer 2 semaines de travail et être récompensés par une semaine de villégiature. Nous fûmes employés au Flachglass Kombinat où on fabriquait des parbrises de tracteurs selon une méthode inédite . Une plaque de verre était étirée sur plusieurs mètres de hauteur. Refroidie et découpée. Beaucoup d'habitants y étaient employés.

J'ai été affecté au désherbage de la voie férrée, puis la briquetterie et enfin la scierie. Les employés n'étaient pas stréssés. Le matin il y avait la petite (kleine) pause, puis la grande (grosse), le temps du repas et la sieste. Dans l'usine elle même il y avait les inévitables banderolles à la gloire du socialisme. L'atmosphère y était assez détendue. Pas de stress au travail comme on le voit maintenant dans nos entreprises. Disons que c'était l'excès inverse.

Et c'est à Torgau que j'ai vécu mon premier amour. Le 1er samedi nous avons participé à une rencontre amicale de football et en retournant en ville nous avons un camarade et moi traversé un grand parc. Dans ce parc nous nous sommes trouvés devant un Gasthaus . « Chez Tante Suzie » était écrit en français sur la façade. Nous sommes entrés, avons commandé une bière. Il y avait une grande salle avec une estrade et des tables et visiblement une piste de danse. Jean pierre qui parlait allemand questionna la serveuse qui nous appris que le samedi et le dimanche on venait danser.

Le soir même nous décidâmes d'y aller. Sur place deux guitaristes et un batteur interprettaient à notre grande stupéfaction les airs des Shadows. Nous ne nous attendions pas à entendre une telle musique en RDA en 1966. A une table JP reconnu une fille avec qui il avait déjà sympatisé . Elle était avec une amie, Brigitte et des membres de sa famille.

On mangeait, buvait et tout à coup JP me fait comprendre que Brigitte est aux prises avec un officier russe qui insiste pour l'inviter à danser. Elle n'y tient absolument pas. JP me pousse à intervenir. Je me lève et invite Brigitte qui s'empresse d'accepter. L'officier me prend par le bras :- « tu n'as pas vu que j'étais avant toi? » Et moi de lui répondre du tac au tac : - » tu n'as pas compris qu'elle ne veut pas danser avec toi ? »

Du coup avec Brigitte nous avons enchainé danse sur danse pour ne laisser aucune chance à l'officier. Mais au moment de partir une femme est venue nous avertir que nous avions un comité d'acceuil dans l'obscurité. Nous nous sommes éclipsés par l'issue de secours. Nous avons fait dans la nuit un grand détour en silence pour regagner la ville. Une fois hors de danger nous avons marché tranquillement en direction de son habitation. Alors elle m'a caressé le visage. Nous nous sommes embrassés un long moment puis elle est rentrée chez elle et j'ai regagné l'école qui hébergeait le groupe de français et de belges.

Les jours suivants nous nous sommes retrouvés après le travail sur les bords de l'Elbe. Nous avions beaucoup de mal à communiquer. Je ne parlais pas allemand, juste quelques mots. Elle ne parlait ni français, ni anglais. Elle avait été obligée d'apprendre le russe mais refusait catégoriquement de le parler. Alors nous utilisions un calepin et un crayon pour faire des dessins.

Rapidement elle m'a fait comprendre qu'elle était amoureuse. Elle voulait que je lui fasse un enfant sur le champ. Elle pensait ainsi pouvoir me suivre en France. Je n'avais que 17 ans et elle 22. Elle avait un certain charme. J'aimais son parfum. Je lui ai expliqué que je n'avais pas fini mes études, que je n'avais pas de métier. Elle me disait qu'elle m'attendrait 5 ans s'il le fallait. Je n'avais jamais fait l'amour, mais comment pouvait elle m'expliquer ce que j'avais besoin de savoir. Malgré tout nous avons fini par nous aimer un dimanche après midi au pied d'un grand arbre au bord de l'eau. Là j'ai pris peur. Peur de faire un enfant. Peur de me laisser enfermer dans ce premier amour. Peur aussi des complications éventuelles avec les autorités. Les derniers jours j'ai tout fait pou l'éviter. Je suis parti en excursion à Dresde et à Leipsig et j'ai à Berlin repris le train pour Paris. Je n'ai plus donné signe de vie.

Cette histoire m'a bouleversé. Je suis resté un an avant de connaitre une autre amour. Ce n'est que plusieurs années plus tard que j'appris que mon cas n'étais pas unique. Dans toutes les « Démocraties » Socialistes, de nombreuses femmes ont tout tenté pour se faire épouser par des occidentaux pour fuir leur pays et mener une autre vie à l'Ouest.

 

J'ai la ferme intention de faire d'ici à l'été une sorte de pélerinage entre Berlin, Dresde, Leipsig et Torgau. Maintenant le Mur est tombé. Je ressens le besoin d'exorcicer ce souvenir qui occupe un peu trop de place dans ma mémoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge-Albert Lagarde - dans Carnet de voyage
commenter cet article

commentaires

Joseph 07/02/2011 12:22


Bonjour,

Ma demande va ressembler à celle de notre ami Jaques qui gère un site très intéressant
Je souhaiterais publier votre témoignage sur mon blog -plus modeste et un peu plus partisan que celui de Jacques. Évidemment, j'indiquerai la source.
J'ai déjà publié un témoignage : http://uneallemagnesocialiste.over-blog.fr/article-la-rda-vue-d-en-bas-dans-les-annees-1970-58244563.html

Cordialement.

Joseph


Jacques OMNES 06/03/2010 18:01


Accepteriez-vous que je mette un lien vers vos souvenirs de Torgau sur mon site consacré à l'Allemagne et notamment à la RDA ?
Cordialement,
Jacques Omnès


Serge-Albert Lagarde 07/03/2010 19:44


Bonjour Jacques. Je vous remercie pour l'intéret que vous avez porté à mon récit de RDA. J'ai parcouru votre site . Vos séjours y sont décrits avec forces détails selon un style très vivant.
Visiblement nous étions en RDA à la même époque et nos souvenirs se ressemblent. Après la RDA , j'ai connu l'Allemagne de l' Ouest. Mes amitiés m'ont entrainé à Francfort et à Stutgart. Ensuite
j'ai accompli mon service dans un bataillon de Chasseurs à Wittlich entre Trèves et Coblence. J'ai essayé d'apprendre l'allemand seul et j'ai des connaissances de base qui peuvent m'aider dans des
situations courantes.
J' accepte avec plaisir que vous puissiez créer un lien sur votre site.
Voici mon mail : lagarde.srg@gmail.com
Mes amitiés. Serge Lagarde


Présentation

  • : Le blog de Serge-Albert Lagarde
  • Contact

Recherche

Liens